Archives de Tag: Ayrault

Journal des Elections n°9

Neuvième et dernier numéro du Journal des Elections PRESIDENTIELLES. Encore et encore merci à tous !


Liste des Ministres du Gouvernement Ayrault I

PRENOM NOM QUALITE

SEXE

AGE

Laurent Fabius Ministre des Affaires Etrangères

M

65

Pierre Moscovici Ministre de l’Economie et des Finances

M

54

Christiane Taubira Ministre de la Justice

F

60

Manuel Valls Ministre de l’Intérieur

M

49

Jean-Yves le Drian Ministre de la Défense

M

64

Najat Vallaud Belkacem Ministre du Droit des Femmes, et porte parole du gouvernement

F

34

Arnaud Montebourg Ministre chargé du Redressement productif

M

49

Vincent Peillon Ministre de l’Education

M

52

Cécile Duflot Ministre de l’Egalité des territoires

F

37

Nicole Bricq Ministre de l’Ecologie

F

64

Aurélie Filippetti  Ministre de la Culture et de la Communication

F

38

Stéphane Le Foll Ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire

M

53

Geneviève Fioraso Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

F

57

Marylise Lebranchu Ministre des Réformes de l’Etat et de la Fonction Publique

F

65

Victorin Lurel Ministre de l’Outremer

M

60

Valérie Fourneyron Ministre des sports

F

52

Frédéric Cuvillier Ministre des Transports et de l’Economie

M

43

Marisol Touraine Ministre des Affaires Sociales et de la Santé

F

53

Michel Sapin Ministre du Travail, de l’Emploi et du dialogue social

M

60

Jérôme Cahuzac Ministre délégué au Budget

M

59

Pascal Canfin Ministre délégué au Développement

M

37

Alain Vidalies Ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement

M

61

George Pau-Langevin Ministre déléguée à la réussite éducative

F

63

Sylvia Pinel Ministre déléguée chargée de l’Artisanat, du Commerce et du Tourisme

F

34

Michèle Delaunay Ministre déléguée chargée des Personnes âgées et de la dépendance

F

65

Marie-Arlette Carlotti Ministre déléguée chargée des Personnes handicapées

F

60

Dominique Bertinotti Ministre déléguée chargée de la Famille

F

58

François Lamy Ministre délégué chargé de la ville

M

52

Delphine Batho Ministre déléguée auprès de la Garde des Sceaux

F

39

Benoît Hamon Ministre délégué chargé de l’Economie sociale et solidaire

M

44

Bernard Cazeneuve Ministre délégué chargé des Affaires européennes

M

48

Fleur Pellerin Ministre déléguée chargée des PME, de l’Innovation et de l’Economie numérique

F

38

Yamina Benguigui Ministre déléguée chargée des Français de l’étranger

F

55

Kader Arif Ministre délégué chargé des Anciens combattants

M

52


Le gouvernement Ayrault, sans Aubry mais avec Fabius, consacre la parité

>Le Nouvel Observateur, le 16-05-2012<

Le gouvernement de Jean-Marc Ayrault dévoilé mercredi est marqué par une parité inédite, avec 17 femmes sur 34 membres, et la présence comme tête d’affiche de Laurent Fabius, nommé au Quai d’Orsay, la patronne du PS Martine Aubry en étant à l’inverse la grande absente.

Parmi les principaux ministres de ce gouvernement qui a fait l’objet de tractations tout au long de la journée, la députée de Guyane et candidate PRG à la présidentielle de 2002, Christiane Taubira, décroche la Justice. Sans surprise, Manuel Valls, directeur de la communication du candidat Hollande, est nommé à l’Intérieur. Pierre Moscovici décroche Bercy (Economie et Finances) et le Breton Jean-Yves le Drian la Défense.

L’émergence d’une nouvelle génération est symbolisée par la présence de Najat Vallaud-Belkacem, 34 ans, au poste de porte-parole du gouvernement, en plus du portefeuille des Droits des femmes.

« Tout ministre battu aux législatives ne restera pas au gouvernement », a prévenu au 20H de France 2 Jean-Marc Ayrault, précisant par ailleurs qu’il proposerait dès le conseil de jeudi la baisse de 30% du salaire de ses membres, comme promis par François Hollande.

Avec 34 ministres et ministres délégués (sans compter d’éventuels secrétaires d’Etat), le gouvernement est plus fourni que celui de François Fillon, qui comptait 31 membres, y compris les secrétaires d’Etat.

L’un des grands vainqueurs de ce gouvernement, dont il devient le numéro deux, est l’ancien Premier ministre Laurent Fabius, nommé ministre des Affaires étrangères. Bernard Cazeneuve sera en charge des Affaires européennes.

La présence en haut de l’affiche de M. Fabius tranche avec l’absence de la première secrétaire du PS, Martine Aubry, qui briguait Matignon.

Cette information avait été dévoilée dès la matinée par l’entourage de la maire de Lille. « Dans cette configuration, on est convenu, en bonne entente, que ça n’avait pas de sens que je sois au gouvernement. (…) Il n’y a eu ni proposition, ni tractation », a ensuite fait valoir à l’AFP Mme Aubry.

« Nous avons convenu tous les trois que, dans ces circonstances, l’endroit où je suis le plus utile, est d’être à la tête du Parti socialiste pour être auprès de Jean-Marc Ayrault, chef de la majorité. Je conduis la campagne (des législatives des 10 et 17 juin) pour les socialistes », a-t-elle poursuivi.

Publiquement, à plusieurs reprises, François Hollande a cependant affirmé que son Premier ministre serait chargé de la bataille des législatives.

L’UMP s’est engouffrée dans la brèche, son secrétaire général Jean-François Copé ironisant sur « la naissance d’une forme de cohabitation interne au PS ».

« Chacun connaît la détestation profonde entre Martine Aubry et François Hollande », a-t-il argué.

Troisième homme de la primaire PS, le député de Saône-et-Loire Arnaud Montebourg entre en revanche de plain-pied au gouvernement, en décrochant un « pôle », celui du Redressement productif.

Directeur de campagne de François Hollande, Pierre Moscovici, après diverses rumeurs, s’empare de l’Economie et des Finances. Il est accompagné de Jérôme Cahuzac au Budget. Pressenti pour Bercy, Michel Sapin est le nouveau ministre du Travail, de l’Emploi et du dialogue social.

Quelques portefeuilles n’ont pas fait l’objet de surprises: malgré des tergiversations de dernière minute, Jean-Yves Le Drian, un proche de François Hollande, accède au ministre de la Défense. Vincent Peillon, spécialiste de longue date et ancien professeur de philosophie, est ministre de l’Education.

Incontournable durant la campagne, Manuel Valls obtient l’Intérieur au détriment du sénateur-maire de Dijon, François Rebsamen. Sans surprise, Marisol Touraine est nommée aux Affaires sociales et à la Santé.

La patronne d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV), Cécile Duflot, est comme prévu partie prenante. Mais elle accède au ministère de l’Egalité des territoires et du Logement et non à l’Ecologie, qu’obtient Nicole Bricq.

Autre figure de la parité et du renouvellement des générations, la députée de Moselle Aurélie Filippetti accède au convoité ministère de la Culture et de la Communication.

Proche parmi les proches, le Sarthois Stéphane Le Foll est récompensée de sa fidélité avec le portefeuille de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire.

Geneviève Fioraso (Enseignement supérieur et Recherche), Marylise Lebranchu Réforme de l’Etat et Fonction publique), Victorin Lurel (Outremer) et Valérie Fourneyron (Sports) complètent la liste des ministres.

Parmi celle des ministres délégués sont à noter la présence du porte-parole du PS, Benoît Hamon (Economie sociale et solidaire), ou encore celles de Yamina Benguigui (Français de l’étranger et Francophonie) et du bras droit de Martine Aubry, François Lamy (Ville).

Prévue un temps pour 16H00, la divulgation de cette liste a pris du retard, face à la difficulté de la tâche.

Au préalable, Jean-Marc Ayrault avait pris ses fonctions en matinée, lors de la cérémonie de passation à Matignon avec son prédécesseur François Fillon.

Au terme de la constitution du gouvernement, M. Ayrault, 62 ans, patron des députés PS pendant 15 ans, a déjà du pain sur la planche, avec la mise en place annoncée des premières mesures du quinquennat, comme l’abrogation du décret sur l’évaluation des enseignants ou la réforme des retraites pour les carrières longues, une des promesses du programme de M. Hollande.


Jean-Marc Ayrault a été nommé Premier Ministre

>Le Parision, Publié le 15.05.2012, 17h30<

«Le président de la République a nommé M. Jean-Marc Ayrault Premier ministre et l’a chargé de former le nouveau gouvernement». Dans une très courte allocution sur le perron de l’Elysée, le nouveau secrétaire général de l’Elysée, Pierre-René Lemas, a mis fin au faux suspense qui prévalait depuis le début de la journée.

Très tôt ce mardi matin sur RTL, Jean-Pierre Jouyet, proche de François Hollande avait en effet grillé la politesse et confirmé implicitement le choix du député-maire de Nantes, régulièrement évoqué depuis plusieurs jours.

La cérémonie de passation des pouvoirs avec l’ancien Premier ministre François Fillon est prévue mercredi à 10 heures à l’Hôtel de Matignon.

Après sa nomination officielle, le nouveau Premier ministre s’est dit «honoré par cette marque de confiance de François Hollande» et a il évoqué «la lourdeur de la tâche» qu’il allait avoir à mener, en confirmant l’abandon de ses mandats de député et de maire. «C’est l’aboutissement d’un long combat au côté de François Hollande (…) c’est aussi un devoir car la France a besoin de se redresser dans la justice et en s’appuyant sur ses propres forces», a-t-il dit sur RTL. Alors qu’on lui demandait s’il était ému, Jean-Marc Ayrault a répondu : «Complètement. Je suis quelqu’un de réservé… Mais sûrement, ça n’empêche pas la force des sentiments».


Ayrault n’a jamais été ministre

Jean-Marc Ayrault, 62 ans, occupe depuis 1997 le poste stratégique de président du groupe des députés PS et apparentés à l’Assemblée nationale. N’ayant jamais siégé au gouvernement, comme le nouveu président, et peu connu des Français au-delà de Nantes, cet ex-professeur d’allemand met en avant le fait d’avoir été associé aux grandes décisions du gouvernement Jospin entre 1997 et 2002.

Fils d’ouvrier, élu conseiller général de Loire-Atlantique à 26 ans en 1976, il ravit la mairie de Saint-Herblain, dans la banlieue nantaise, au sénateur de droite sortant Michel Chauty l’année suivante. Réélu en 1983 à Saint-Herblain, Jean-Marc Ayrault emporte la mairie de Nantes en 1989. Réélu triomphalement depuis lors, son parcours a été assombri par une condamnation en 1997 pour favoritisme dans l’attribution d’un marché public. Il a toutefois fait l’objet d’une réhabilitation en 2007.

Adhérent du PS dès 1971, l’année du congrès d’Epinay, il avait rallié le courant de Jean Poperen à la gauche du parti, son mentor jusqu’en 1990. A la primaire PS en 2011, il a rejoint François Hollande après la chute de DSK, devenant par la suite le «conseiller spécial» du candidat pendant la campagne présidentielle.


%d blogueurs aiment cette page :