Archives de Catégorie: François Hollande

Le Gouvernement Ayrault II au travail

I – Le Gouvernement Ayrault II

Voici la liste des 38 ministres, 19 femmes et 19 hommes du gouvernement Ayrault II.

Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères
Bernard Cazeneuve, ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères, chargé des Affaires européennes
Pascal Canfin, ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères, chargé du Développement
Yamina Benguigui, ministre déléguée auprès du ministre des Affaires étrangères, chargée de la Francophonie
Hélène Conway, ministre déléguée auprès du ministre des Affaires étrangères, chargée des Français de l’étranger
Vincent Peillon, ministre de l’Éducation nationale
George Pau-Langevin, ministre déléguée auprès du ministre de l’Éducation nationale, chargée de la Réussite éducative
Christiane Taubira, garde des Sceaux, ministre de la Justice
Pierre Moscovici, ministre de l’Économie et des Finances
Jérôme Cahuzac, ministre délégué auprès du ministre de l’Économie et des Finances, chargé du Budget
Benoît Hamon, ministre délégué auprès du ministre de l’Économie et des Finances, chargé de l’Économie sociale et solidaire et de la Consommation
Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé
Michèle Delaunay, ministre déléguée auprès de la ministre des Affaires sociales et de la Santé, chargée des Personnes âgées et de l’Autonomie
Dominique Bertinotti, ministre déléguée auprès de la ministre des Affaires sociales et de la Santé, chargée de la Famille
Marie-Arlette Carlotti, ministre déléguée auprès de la ministre des Affaires sociales et de la Santé, chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l’exclusion
Cécile Duflot, ministre de l’Égalité des territoires et du Logement
François Lamy, ministre délégué auprès de la ministre de l’Égalité des territoires et du Logement, chargé de la Ville
Manuel Valls, ministre de l’Intérieur
Nicole Bricq, ministre du Commerce extérieur
Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif
Fleur Pellerin, ministre déléguée auprès du ministre du Redressement productif, chargée des Petites et Moyennes Entreprises, de l’Innovation et de l’Économie numérique
Delphine Batho, ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie
Frédéric Cuvillier, ministre délégué auprès de la ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche
Michel Sapin, ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social
Thierry Repentin, ministre délégué auprès du ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, chargé de la Formation professionnelle et de l’Apprentissage
Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense
Kader Arif, ministre délégué auprès du ministre de la Défense, chargé des Anciens Combattants
Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication
Geneviève Fioraso, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes, porte-parole du gouvernement
Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt
Guillaume Garot, ministre délégué auprès du ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la forêt, chargé de l’Agroalimentaire
Marylise Lebranchu, ministre de la réforme de l’État, de la Décentralisation et de la Fonction publique
Anne-Marie Escoffier, ministre déléguée auprès de la ministre de la réforme de l’État, de la Décentralisation et de la Fonction publique, chargée de la Décentralisation
Victorin Lurel, ministre des Outre-Mer
Sylvia Pinel, ministre de l’Artisanat, du Commerce et du Tourisme
Valérie Fourneyron, ministre des Sports, de la Jeunesse, de l’Éducation populaire et de la Vie associative

 

II – Le Nouveau grouvernement au travail

Quatre nouveaux ministres délégués, Thierry Repentin (formation professionnelle), Anne-Marie Escoffier (décentralisation), Guillaume Garot (agroalimentaire) et Hélène Conway (Français de l’étranger), ont participé à leur premier conseil des ministres à l’Élysée, vendredi 22 juin. Nommés la veille à l’occasion d’un mini-remaniement, ils ont rejoint la liste des précédents membres du gouvernement, tous reconduits après leur succès aux élections législatives. Deux ministres, Nicole Bricq (commerce extérieur) et Delphine Batho (écologie) ont cependant changé d’attribution.

Après ces « ajustements » techniques et politiques, le gouvernement Ayrault II s’est mis au travail, encouragé par le président de la République François Hollande qui lui a rappelé sa « feuille de route », c’est-à-dire les engagements pris durant la campagne électorale. Ce sont « le redressement de la France dans la justice » et « une réorientation de l’Europe dans le sens de la croissance », a précisé le premier ministre Jean-Marc Ayrault.

« DÉLABREMENT DES COMPTES PUBLICS »

Dès lundi 25 juin, le gouvernement au complet se réunira en séminaire à Matignon pour préparer le budget 2013 et la programmation des finances publiques pour la période 2013-2015. « Aujourd’hui, les hypothèses de travail sont sur la table sans qu’aucun arbitrage n’ait été rendu », a affirmé la porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem, qui a précisé que l’audit demandé par le gouvernement à la Cour des comptes sera rendu public le 2 juillet.

Alors que le conseil des ministres a examiné le projet de loi sur le « règlement des comptes et rapport de gestion pour l’année 2011 », la porte-parole a souligné que la France se trouve « dans un contexte de délabrement des comptes publics qu’a laissé la droite », avec un déficit « deux fois supérieur » à celui dont avait hérité Nicolas Sarkozy au début de son quinquennat en 2007.

En outre, le gouvernement fera connaître mardi 26 juin le niveau de la hausse du Smic. Celle-ci devrait être « raisonnable », selon Matignon qui n’a ni confirmé ni infirmé l’hypothèse d’un coup de pouce de 2 % avancée par le journal Les Échos.

 

La Croix / Le Point


Les Premieres Dames de la Veme République.

Yvonne de Gaulle (de 1958 à 1969) Yvonne de Gaulle

Née le 22 mai 1900 à Calais et décédée le 8 novembre 1979 à Paris, Yvonne de Gaulle est l’épouse de Charles de Gaulle, 18e président de la République française du 8 janvier 1959 au 28 avril 1969 –lui-même décédé le 9 novembre 1970. Le couple a eu trois enfants: Philippe de Gaulle, né le 28 décembre 1921, Élisabeth de Gaulle, née le 15 mai 1924 et Anne de Gaulle, née 1er janvier 1928 et morte le 6 février 1948. Elle aussi a créé sa fondation éponyme (en 1945), qui vient en aide aux femmes handicapées mentales sans ressources.

Claude Pompidou

Née le 13 novembre 1912 à Château-Gontier (Mayenne) et décédée le 3 juillet 2007 à Paris (4e arrondissement), Claude Pompidou était l’épouse de Georges Pompidou, 19e président de la République française du 20 juin 1969 au 2 avril 1974 –lui-même décédé le 2 avril 1974. Le couple avait un fils adoptif, Alain, né en 1942. Elle a créé en 1970 la Fondation Claude Pompidou, qui soutient les personnes âgées, les malades hospitalisés et les enfants handicapés, et qu’elle présida jusqu’à sa mort.

Anne-Aymone Giscard d'Estaing - Les Premières dames de la Ve République - ParisMatch.com

Anne-Aymone Giscard d’Estaing

Née le 10 avril 1933 dans le VIIIe arrondissement de Paris, Anne-Aymone Giscard d’Estaing  est l’épouse depuis 1952 de Valéry Giscard d’Estaing, qui fut le 20e président de la République française du 27 mai 1974 au 21 mai 1981. Le couple a quatre enfants: Valérie-Anne, née le 1er novembre 1953, Henri, né le 17 octobre 1956, Louis, né le 20 octobre 1958, et Jacinte, née le 3 mai 1960. Anne-Aymone Giscard d’Estaing est aussi la présidente de la Fondation pour l’enfance, qu’elle a créée en 1977 et qui vient en aide aux enfants ne pouvant pas être hébergés dans de bonnes conditions.

Danielle Mitterrand - Les Premières dames de la Ve République - ParisMatch.comDanielle Mitterrand

Née Danielle Émilienne Isabelle Gouze le 29 octobre 1924 à Verdun (Meuse), et décédée le 22 novembre 2011 à Paris, Danielle Mitterrand était l’épouse de François Mitterrand, le 21e président de la République française du 21 mai 1981 au 17 mai 1995 –lui-même décédé le 8 janvier 1996 à Paris. Le couple a trois enfants: Pascal, né en 1945 et décédé deux mois après sa naissance, Jean-Christophe Mitterrand, né le 19 décembre 1946, et Gilbert Mitterrand, né le 4 février 1949. Elle a créé la fondation France Libertés – Fondation Danielle-Mitterrand en 1986, et l’a présidée jusqu’à sa mort. L’organisation vise à construire un monde équitable et responsable, qui limite les inégalités et respecte les ressources naturelles et l’être humain sur notre planète.

Bernadette Chirac

Née le 18 mai 1933 à Paris, et épouse depuis 1956 de Jacques Chirac, 22e président de la République française du 17 mai 1995 au 16 mai 2007. Le couple a eu deux enfants: Laurence, née le 4 mars 1958, et Claude, née le 6 décembre 1962, et a aussi une fille dite de cœur, Anh Đào Traxel, née le 22 août 1957. Son engagement caritatif le plus connu est l’Opération pièces jaunes, avec la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France.

Carla Bruni

Carla Bruni est née le 23 décembre 1967 à Turin (Italie), et est l’épouse de Nicolas Sarkozy, le 23e président de la République française du 15 mai 2007 au 15 mai 2012. Elle a un fils, Aurélien, né le 21 juillet 2001 de sa relation avec Raphaël Enthoven, et une fille avec Nicolas Sarkozy, Giulia, née 19 octobre 2011. Le désormais ex-président a de son côté trois fils: Pierre et Jean, respectivement nés les 24 août 1985 et 1 septembre 1986, de son mariage avec Marie-Dominique Culioli, et Louis, né le 28 avril 1997 de son mariage avec Cécilia Ciganer-Albéniz.

Valerie Trierweiler

Valérie (née) Massonneau (divorcée) Trierweiler,est une journaliste politique française, née le 16 février 1965 à Angers. Depuis 2006, elle partage sa vie avec François Hollande. Ce dernier étant le 24e président de la République française depuis le 15 mai 2012 .Elle a trois enfants issus de son mariage avec Denis Trierweiler ; tandis que François Hollande en a quatre, nés de son union avec Ségolène Royal : Thomas,né en 1986 ; Clemence, né en 1986;Julien, né en 1987  et Flora, né en 1992.


Gouvernement Ayrault I, en images

Cliquez sur la photo pour voir les portraits des ministres


Liste des Ministres du Gouvernement Ayrault I

PRENOM NOM QUALITE

SEXE

AGE

Laurent Fabius Ministre des Affaires Etrangères

M

65

Pierre Moscovici Ministre de l’Economie et des Finances

M

54

Christiane Taubira Ministre de la Justice

F

60

Manuel Valls Ministre de l’Intérieur

M

49

Jean-Yves le Drian Ministre de la Défense

M

64

Najat Vallaud Belkacem Ministre du Droit des Femmes, et porte parole du gouvernement

F

34

Arnaud Montebourg Ministre chargé du Redressement productif

M

49

Vincent Peillon Ministre de l’Education

M

52

Cécile Duflot Ministre de l’Egalité des territoires

F

37

Nicole Bricq Ministre de l’Ecologie

F

64

Aurélie Filippetti  Ministre de la Culture et de la Communication

F

38

Stéphane Le Foll Ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire

M

53

Geneviève Fioraso Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

F

57

Marylise Lebranchu Ministre des Réformes de l’Etat et de la Fonction Publique

F

65

Victorin Lurel Ministre de l’Outremer

M

60

Valérie Fourneyron Ministre des sports

F

52

Frédéric Cuvillier Ministre des Transports et de l’Economie

M

43

Marisol Touraine Ministre des Affaires Sociales et de la Santé

F

53

Michel Sapin Ministre du Travail, de l’Emploi et du dialogue social

M

60

Jérôme Cahuzac Ministre délégué au Budget

M

59

Pascal Canfin Ministre délégué au Développement

M

37

Alain Vidalies Ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement

M

61

George Pau-Langevin Ministre déléguée à la réussite éducative

F

63

Sylvia Pinel Ministre déléguée chargée de l’Artisanat, du Commerce et du Tourisme

F

34

Michèle Delaunay Ministre déléguée chargée des Personnes âgées et de la dépendance

F

65

Marie-Arlette Carlotti Ministre déléguée chargée des Personnes handicapées

F

60

Dominique Bertinotti Ministre déléguée chargée de la Famille

F

58

François Lamy Ministre délégué chargé de la ville

M

52

Delphine Batho Ministre déléguée auprès de la Garde des Sceaux

F

39

Benoît Hamon Ministre délégué chargé de l’Economie sociale et solidaire

M

44

Bernard Cazeneuve Ministre délégué chargé des Affaires européennes

M

48

Fleur Pellerin Ministre déléguée chargée des PME, de l’Innovation et de l’Economie numérique

F

38

Yamina Benguigui Ministre déléguée chargée des Français de l’étranger

F

55

Kader Arif Ministre délégué chargé des Anciens combattants

M

52


Le gouvernement Ayrault, sans Aubry mais avec Fabius, consacre la parité

>Le Nouvel Observateur, le 16-05-2012<

Le gouvernement de Jean-Marc Ayrault dévoilé mercredi est marqué par une parité inédite, avec 17 femmes sur 34 membres, et la présence comme tête d’affiche de Laurent Fabius, nommé au Quai d’Orsay, la patronne du PS Martine Aubry en étant à l’inverse la grande absente.

Parmi les principaux ministres de ce gouvernement qui a fait l’objet de tractations tout au long de la journée, la députée de Guyane et candidate PRG à la présidentielle de 2002, Christiane Taubira, décroche la Justice. Sans surprise, Manuel Valls, directeur de la communication du candidat Hollande, est nommé à l’Intérieur. Pierre Moscovici décroche Bercy (Economie et Finances) et le Breton Jean-Yves le Drian la Défense.

L’émergence d’une nouvelle génération est symbolisée par la présence de Najat Vallaud-Belkacem, 34 ans, au poste de porte-parole du gouvernement, en plus du portefeuille des Droits des femmes.

« Tout ministre battu aux législatives ne restera pas au gouvernement », a prévenu au 20H de France 2 Jean-Marc Ayrault, précisant par ailleurs qu’il proposerait dès le conseil de jeudi la baisse de 30% du salaire de ses membres, comme promis par François Hollande.

Avec 34 ministres et ministres délégués (sans compter d’éventuels secrétaires d’Etat), le gouvernement est plus fourni que celui de François Fillon, qui comptait 31 membres, y compris les secrétaires d’Etat.

L’un des grands vainqueurs de ce gouvernement, dont il devient le numéro deux, est l’ancien Premier ministre Laurent Fabius, nommé ministre des Affaires étrangères. Bernard Cazeneuve sera en charge des Affaires européennes.

La présence en haut de l’affiche de M. Fabius tranche avec l’absence de la première secrétaire du PS, Martine Aubry, qui briguait Matignon.

Cette information avait été dévoilée dès la matinée par l’entourage de la maire de Lille. « Dans cette configuration, on est convenu, en bonne entente, que ça n’avait pas de sens que je sois au gouvernement. (…) Il n’y a eu ni proposition, ni tractation », a ensuite fait valoir à l’AFP Mme Aubry.

« Nous avons convenu tous les trois que, dans ces circonstances, l’endroit où je suis le plus utile, est d’être à la tête du Parti socialiste pour être auprès de Jean-Marc Ayrault, chef de la majorité. Je conduis la campagne (des législatives des 10 et 17 juin) pour les socialistes », a-t-elle poursuivi.

Publiquement, à plusieurs reprises, François Hollande a cependant affirmé que son Premier ministre serait chargé de la bataille des législatives.

L’UMP s’est engouffrée dans la brèche, son secrétaire général Jean-François Copé ironisant sur « la naissance d’une forme de cohabitation interne au PS ».

« Chacun connaît la détestation profonde entre Martine Aubry et François Hollande », a-t-il argué.

Troisième homme de la primaire PS, le député de Saône-et-Loire Arnaud Montebourg entre en revanche de plain-pied au gouvernement, en décrochant un « pôle », celui du Redressement productif.

Directeur de campagne de François Hollande, Pierre Moscovici, après diverses rumeurs, s’empare de l’Economie et des Finances. Il est accompagné de Jérôme Cahuzac au Budget. Pressenti pour Bercy, Michel Sapin est le nouveau ministre du Travail, de l’Emploi et du dialogue social.

Quelques portefeuilles n’ont pas fait l’objet de surprises: malgré des tergiversations de dernière minute, Jean-Yves Le Drian, un proche de François Hollande, accède au ministre de la Défense. Vincent Peillon, spécialiste de longue date et ancien professeur de philosophie, est ministre de l’Education.

Incontournable durant la campagne, Manuel Valls obtient l’Intérieur au détriment du sénateur-maire de Dijon, François Rebsamen. Sans surprise, Marisol Touraine est nommée aux Affaires sociales et à la Santé.

La patronne d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV), Cécile Duflot, est comme prévu partie prenante. Mais elle accède au ministère de l’Egalité des territoires et du Logement et non à l’Ecologie, qu’obtient Nicole Bricq.

Autre figure de la parité et du renouvellement des générations, la députée de Moselle Aurélie Filippetti accède au convoité ministère de la Culture et de la Communication.

Proche parmi les proches, le Sarthois Stéphane Le Foll est récompensée de sa fidélité avec le portefeuille de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire.

Geneviève Fioraso (Enseignement supérieur et Recherche), Marylise Lebranchu Réforme de l’Etat et Fonction publique), Victorin Lurel (Outremer) et Valérie Fourneyron (Sports) complètent la liste des ministres.

Parmi celle des ministres délégués sont à noter la présence du porte-parole du PS, Benoît Hamon (Economie sociale et solidaire), ou encore celles de Yamina Benguigui (Français de l’étranger et Francophonie) et du bras droit de Martine Aubry, François Lamy (Ville).

Prévue un temps pour 16H00, la divulgation de cette liste a pris du retard, face à la difficulté de la tâche.

Au préalable, Jean-Marc Ayrault avait pris ses fonctions en matinée, lors de la cérémonie de passation à Matignon avec son prédécesseur François Fillon.

Au terme de la constitution du gouvernement, M. Ayrault, 62 ans, patron des députés PS pendant 15 ans, a déjà du pain sur la planche, avec la mise en place annoncée des premières mesures du quinquennat, comme l’abrogation du décret sur l’évaluation des enseignants ou la réforme des retraites pour les carrières longues, une des promesses du programme de M. Hollande.


Revivez la passation du pouvoir présidentiel

Investiture de M. Le President de la République, François Hollande


Déclaration de situation patrimoniale de M. François Hollande proclamé Président de la République

JORF n°0110 du 11 mai 2012 page 9000
texte n° 2

DECLARATION
Déclaration de situation patrimoniale de M. François Hollande proclamé Président de la République

NOR: HRUX1223026X

Nom : Hollande.
Prénom : François.
Régime matrimonial : ―
Profession du conjoint (mention facultative) :
Montant et origine des revenus (mention facultative : les personnalités soumises à l’obligation de déclaration de patrimoine ne sont pas tenues de déclarer l’origine et le montant de leurs revenus) :
Autres mandats ou fonctions : député, président du conseil général de la Corrèze.
I. ― Immeubles bâtis et non bâtis

LIEU DE SITUATION
Nature du bien (1)
Superficie
ORIGINE
de propriété
RÉGIME JURIDIQUE
du bien (2)
DATE D’ACQUISITION PRIX D’ACQUISITION
et montant des travaux
VALEUR ACTUELLE
Maison individuelle (130 m²), 112, avenue des Chênes, 06250 Mougins Acquisition indivise en 1986
Partage en 2011
Bien propre 1986
2011
408 000 F et 80 000 € pour ma part (60 %) 800 000 €
Appartement (54 m²), 22-28, avenue Montrose, 06 Cannes Acquisition Indivision (70 %) 2000 630 000 F pour ma part (70 %) 230 000 €
Appartement (80 m²), 22-28, avenue Montrose, 06 Cannes Acquisition SCI (30 %) 1997 450 000 F pour ma part (30 %) 140 000 €
(1) Appartement – Immeuble – Maison individuelle – Local commercial – Terrain – Garage.
(2) Bien propre – Bien commun – Bien indivis – Propriété directe – SCI.

II. ― Valeurs mobilières
1. Valeurs non cotées en bourse
Néant.
2. Valeurs cotées en bourse
Néant.
3. Placements divers (3)
Néant.

(3) SICAV, Fonds communs de placements, SCPI, etc.

III. ― Assurances-vie

NATURE DU CONTRAT VALEUR DE RACHAT
Société générale – Assurance-vie 3 550 €

IV. ― Comptes bancaires courants ou d’épargne,
livrets, espèces, comptes courants de société

NATURE DU COMPTE VALEUR À LA DATE DE DÉCLARATION
Compte courant La Banque postale 4 960,73 €
Compte courant Société générale 508,20 €
Compte courant Société générale 2 790,65 €

V. ― Meubles meublants
Valeur d’acquisition, valeur d’assurance ou évaluation personnelle à la date de la déclaration.

BIEN VALEUR À LA DATE DE DÉCLARATION
Divers meubles 15 000 €

VI. ― Collections, objets d’art,
bijoux, pierres précieuses, or
Néant.
VII. ― Véhicules terrestres à moteur,
bateaux, avions, etc.
Néant.
VIII. ― Fonds de commerce ou clientèles,
charges et offices
Néant.
IX. ― Autres biens
Néant.
X. ― Biens immobiliers et comptes détenus à l’étranger
Néant.
XI. ― Passif

ORGANISME PRÊTEUR
ou nom et adresse
du créancier
NATURE, DATE ET OBJET
de la dette
MONTANT TOTAL
de l’emprunt
SOMME RESTANT
à rembourser
MONTANT
des mensualités
Banque postale Prêt immobilier 2000 25 725 € 950 €
Société générale Prêt de trésorerie 2011 30 000 € 29 569,35 € 586,15 €
Banque postale Prêt de trésorerie 2012 30 000 € 30 000 €
M. Georges Hollande Suite aux opérations de partage et de cession de parts intervenues fin 2011 140 000 € 140 000 €
M. Philippe Hollande 30 000 € 30 000 €

XII. ― Observations
Il n’est pas fait mention des dettes afférentes aux frais de campagne électorale.
La fraction de ma nue-propriété des biens immobiliers de Cannes relève, selon les règles d’assiette de l’ISF, du patrimoine de l’usufruitier. Elle n’a donc pas été mentionnée.
Fait à Paris, le 15 mars 2012.

François Hollande


Revivez la soirée d’Election du Président de la République

Voici l’annonce de l’élection du nouveau Président de la République Française.

Voici le premier discours du nouveau Président de la République Française,François Hollande,à Tulle.

Pour revivre toute la soirée de dimanche 06 Mai :
http://www.pluzz.fr/election-presidentielle-2012.html


François Hollande est élu 24ème Président de la République Française

François Hollande est élu 24ème Président de la République Française, avec selon les estimations,  51,90% des voix, face à Nicolas Sarkozy, avec 48,10% des voix.


Débat : « frustration » pour l’UMP, « vivement dimanche » pour le PS

> Le Nouvel Observateur, le 03-05-2012 à 13h14<

Finalement, tout le monde l’a trouvé « agressif » pendant le débat télévisé de mercredi 2 mai au soir ! Mais de qui parle-t-on au juste ? Des deux candidats en fait. L’adjectif est largement repris par les soutiens des deux camps. A l’UMP, Nathalie Kosciusko-Morizet s’est étonnée du « côté agressif » de François Hollande. Jean-François Copé l’a vu « en hyperagressivité sur la totalité des thèmes ». Côté PS, pour Jean-Marc Ayrault, « Nicolas Sarkozy tombait en permanence dans l’agressivité ». Même ligne au Parti radical de gauche où Jean-Michel Baylet a observé un candidat-président « dans l’esquive permanente et l’agressivité ».

La posture présidentielle

Les candidats ont-ils montré une stature de président de la République ? « François Hollande, sur tous les sujets, a été à la hauteur de ce qu’on attend d’un président de la République », se félicite Martine Aubry. Un candidat « prêt à présider la France » avec « la stature d’un homme d’Etat » pour Jean-Michel Baylet. Une « qualité d’un homme d’Etat » aussi observée par Jean-Marc Ayrault.

A l’UMP, la question de la posture présidentielle ne se pose pas : le statut et l’expérience, Nicolas Sarkozy les a déjà. « On avait un chef d’Etat qui a tenu la barre », constate François Baroin. Alors, chacun préfère saluer, comme le fait le ministre de l’Economie, un homme « serein, digne, combatif ». « La détermination, la solidité d’un homme », qui persuadent Jean-François Copé et les militants de l’UMP : « On va gagner ! »

Manque d’enthousiasme à l’UMP

Les ténors de l’UMP peinent, en revanche, à clairement se féliciter de la prestation de leur candidat et se contentent, à l’instar de Nadine Morano, d’insister sur la « lourdeur de la tâche accomplie » par le président sortant. Ils préfèrent dénigrer l’intervention de François Hollande. Jean-François Copé ironise sur un « moment tragi-comique », « le moment où François Hollande a dit ‘moi, président de la République, moi je, moi, je’, (…) c’était ridicule, chaque fois les gens rigolaient. »

Le patron de l’UMP insiste sur cette tirade : « Disons que j’ai bien pensé au Guignols. » Même lorsque le conseiller spécial, Henri Guaino, reconnaît en François Hollande « un politicien habile qui me fait penser aux politiciens de la IVe République », le compliment est une attaque : « Tout ce que je déteste. » Seul le ministre de l’Intérieur, Claude Guéant admet que le candidat PS s’est montré « très pugnace ».

Au PS, l’enthousiasme pour l’intervention de son candidat est bien plus marqué. Martine Aubry a trouvé François Hollande « exceptionnel ». Ségolène Royal salue une démonstration faite « avec panache et brio » par son ancien compagnon.

Mais qui a gagné le débat ?

L’UMP, par la voix de Claude Guéant ou de Nadine Morano, parle de « frustration » à l’issue du débat. La ministre de l’Apprentissage n’en démord pas : « J’ai ressenti de la frustration parce que l’emploi des jeunes n’a même pas été abordé, que nous arrivions sur les questions internationales vers 23h30. Cela aurait mérité qu’il y ait trois débats. » Le ministre de l’Intérieur regrette aussi que le candidat socialiste ait donné l’impression « d’être déjà installé dans le fauteuil du président ».

Une impression de victoire partagée par Jean-Luc Mélenchon qui a appelé à voter Hollande au second tour : son candidat a « bien scotché » Nicolas Sarkozy. Jean-Marc Ayrault estime lui aussi qu’il y a eu un gagnant : le débat « n’est pas un match nul ». Pour Ségolène Royal, aucun doute, « François Hollande a dominé les débats ». Et Martine Aubry de conclure : « Hollande était déjà dans la fonction de président de la République, je n’ai qu’un mot à dire : vivement dimanche ! »


%d blogueurs aiment cette page :