Archives mensuelles : février 2012

Déclaration de Candidature de Nicolas Sarkozy

Déclaration de Candidature de Nicolas Sarkozy, le 15 Février, sur TF1 :

« Oui, je suis candidat à l’élection présidentielle. Le fait de ne pas solliciter à nouveau la confiance des Français, ça serait comme un abandon de poste. Est-ce qu’on peut imaginer le capitaine d’un navire dont le bateau serait en pleine tempête dire : “Je suis fatigué, je renonce, j’abandonne”? (…) Si j’ai décidé d’être candidat à l’élection présidentielle, c’est parce que j’ai des choses à dire aux Français, j’ai des propositions à leur faire. Il faut que les Français comprennent que si la France est forte, ils seront protégés. Si les Français me confient un second quinquennat, ce quinquennat ne sera pas conforme au premier. L’idée que je me fais de notre pays, c’est qu’il a tous les atouts pour garder son rang, son statut et que si nous voulons garder notre modèle social, notre façon de vivre, nous devons continuer à faire les changements. Il y a beaucoup de Français qui ont le sentiment, au fond, d’être dépossédés de leur pouvoir, que les choses se passent en dehors d’eux – les élites, les syndicats, les partis politiques. Il y a une France qui, à chaque fois qu’on l’interroge, par exemple sur l’Europe, dit “non”. Il y a une France qui ne croit plus en rien. Et je me suis dit qu’il y avait une idée centrale dans les engagements pour mon deuxième quinquennat, s’ils me font confiance, c’est redonner la parole au peuple français par le référendum. »
Publicités

Le Pouvoir du Président dans la 5ème République

En 1958, après un référendum, les Français approuvent l’idée d’une Vème République. La Constitution est mise en place le 4 Octobre 1958 ; elle établit les règles de la République, et donne plus de pouvoirs au Président. En quoi la Vème République est une démocratie avec un Pouvoir Présidentiel fort ?

Lorsqu’il devient majeur, le citoyen acquiert des droits : le droit de vote, la majorité civile, la majorité matrimoniale (avoir le droit de se marier sans autorisation des parents, ou du tuteur), la majorité pénal, et les droits civiques (droit de vote, l’éligibilité, et les droits relatifs à la justice, tel que le droit de représenter ou d’assister une partie devant la justice, par exemple). Le citoyen acquiert aussi quatre devoirs, qui sont de respecter la loi, la fraternité, de payer ses impôts et le service national.

Parmi ses droits, le citoyen a le droit de vote. Il lui permet, par un vote universel, égal et secret, d’élire ses représentants, ou d’exprimer son avis par le biais des référendums. Si le peuple n’est pas consulté, par un vote, on est automatiquement dans une dictature.

Après la révolution de 1789, la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen définit la séparation des pouvoirs. Le parlement détient le pouvoir législatif (élisent les représentants qui font les lois), les citoyens détiennent le pouvoir judiciaire (élisent certains juges, les autres sont nommés), et contrôlent le pouvoir exécutif. Les trois pouvoirs sont contrôlés par la nation, et le peuple ; c’est ce qu’on appelle, la souveraineté nationale, que l’on peut exprimer lors d’un suffrage (comme l’élection présidentielle, par exemple), ou lors d’un référendum (en vue des articles 3 et 4 de la Constitution de 1958).

Parmi les trois pouvoirs (législatif – exécutif – judiciaire) qui constituent un Etat démocratique, le président de la République ne détient que le pouvoir exécutif, qui a pour but de faire exécuter les lois. Si le président détenait les trois pouvoirs, l’Etat serait considéré comme une dictature. Cependant, une tolérance est accordée en cas de crise grave ; le président peut détenir les trois pouvoirs pendant une courte durée (article 16 de la Constitution de 1958).

Le président de la République a le pouvoir de nomination du Premier Ministre, au sein de la majorité parlementaire. Il a le pouvoir de dissoudre l’Assemblée Nationale, comme l’a fait Jacques Chirac, en 1997. Des élections législatives doivent avoir lieu vingt jours au moins, et quarante jours, au plus, après cette dissolution. Le Président peut également communiquer un message au Parlement, qu’il fait lire, mais qui ne donne lieu à aucun débat (article 18 de la Constitution). Enfin, le Président nomme 3 membres de Conseil Constitutionnel (article 56), qui peut être saisi par le Président (article 54).

Avec le premier ministre, le Président peut nommer et révoquer des ministres (article 8), ainsi que des hauts fonctionnaires (article 13). Ils peuvent consulter le peuple par référendum (article 11) et enfin, signer des décrets (texte d’application des lois) et des ordonnances (article 13).

Le Président de la République, actuellement élu pour 5 ans, détient des pouvoirs qui lui sont propres, et des pouvoirs qu’il partage avec le Premier Ministre. Il est le garant de la Constitution et, s’il venait à la modifier, nous rentrerions dans la VIème République.

Achille Martin


Un candidat très fantaisiste : Coluche

Suite à son renvoie de RMC à cause de lettres de protestations d’auditeurs, son ami Romain Goupil lui suggère de se présenter à l’élection présidentielle de 1981, comme ça « personne ne pourra le censurer ».

Sa candidature commence par une simple plaisanterie, puis devient sérieuse lorsque les sondages lui donnent 15% d’intentions de vote ! Il retire finalement sa candidature, suite à des lettres d’injures et des menaces de mort…

Pendant plusieurs mois, avec Romain Goupil et Jean-Michel Vaguelsy il prépare son programme et fait convoquer la presse le 30 octobre 1980 dans le théâtre du Gymnase. Fidèle à lui-même, sa déclaration de candidature ne manque pas de saveur :

« J’appelle les fainéants, les crasseux, les drogués, les alcooliques, les pédés, les femmes, les parasites, les jeunes, les vieux, les artistes, les taulards, les gouines, les apprentis, les Noirs, les piétons, les Arabes, les Français, les chevelus, les fous, les travestis, les anciens communistes, les abstentionnistes convaincus, tous ceux qui ne comptent pas pour les hommes politiques à voter pour moi, à s’inscrire dans leurs mairies et à colporter la nouvelle.
Tous ensemble pour leur foutre au cul avec Coluche.
Le seul candidat qui n’a aucune raison de vous mentir ! »

Il lance également son slogan de campagne : « Jusqu’à présent la France est coupée en deux, avec moi elle sera pliée en quatre ! ».


Qu’est-ce que les parrainages ?

Le parrainage est créé en 1962, sous la présidence de Charles de Gaulle, qui a lui même mis en place le suffrage universel direct, à l’élection présidentielle. Lors de la mise en place, le potentiel candidat devait recueillir 100 signatures de différents élus (maires, députés, sénateurs, conseillers généraux, élus européens…) pour pouvoir être candidat ; les signataires restés anonymes.

En 1976, sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing, il est décidé d’élever le nombre de signataires à 500, et de révéler leur identité ; la liste des parrains est révélée au grand public dans le Journal Officiel, au moins 8 jours avant le premier tour.

Le nombre potentiel de signataires (autrement dit, de parrains) est actuellement d’environ 45 000 élus, dont 36 000 maires. Les parrainages doivent venir d’au moins 30 départements différents, et un élu ne peut parrainer qu’un seul candidat. Les candidats recueillent souvent le parrainage de plus d’élus que nécessaire, par sécurité au cas où certains se désisteraient au dernier moment .

Achille Martin


%d blogueurs aiment cette page :